La gastronomie suédoise

Ou plutôt : « Ce que les Suédois mettent dans leurs assiettes ». Parce que pour y voir de la gastronomie, il faut avoir des problèmes de vue assez conséquents.

Considérations générales

Comme vous l’aurez compris grâce à cette introduction sublime de concision et de clarté, la nourriture suédoise me laisse pour le moins… sceptique. Tout d’abord, elle est assez chère : comptez 60Kr pour deux escalopes de poulet (même pas forcément label rouge). C’est un cas extrême dans la mesure où la viande de volaille est globalement peu répandue ici, certes, mais tout de même. Vous me direz peut-être « c’est pas si grave que ce soit chère si c’est de la qualité !», auquel cas je vous répondrai « déjà, si je veux manger pas cher, ça me regarde ; ensuite, si, c’est très grave ».

En effet, la viande hachée coupée à la patate a probablement du charme pour les autochtones puisqu’ils en achètent ; moi je ne suis pas fan. Du tout. Heureusement, il y a toujours la ruse dite « du chacal en rut » [1] qui consiste à noyer les mets peu (ou mal) goûtus sous les épices ou la sauce. Testée et approuvée par votre serviteur, à quelques réserves près. En effet, d’autres pièges vous sont encore tendus au niveau des sauces.

Des concepts… Intéressants ?

Le général Ackbar dit : « It's a trap ! »

Le général Ackbar vient de goûter de la « moutarde » qu’il a (naïvement) acheté à ICA [2].

Comme vient d’en faire l’expérience ce brave général Ackbar, la moutarde suédoise ne sent pas la moutarde mais plutôt le ketchup utilisé par McDo pour ses hamburgers. De la moutarde goût ketchup donc.

Et puis il y a également d’autres sauces, aux multiples versions. Ne sachant comment désigner pareilles horreurs, je les ai sobrement baptisées les Innommables. Si vous vous sentez l’âme d’un guerrier viking et que vous souhaitez ardemment vous assurer une place aux côtés d’Odin au grand banquet du Valhala [3] quel qu’en soit le prix, vous pouvez cliquez ici en vous rejouant mentalement les violons stridents de la scène de la douche de Psychose (de Hitchcock). Accord parental nécessaire, Not Safe For Work, tout ça tout ça. Je vous aurais prévenu.

Relativisons tout de même

S’il est effroyablement tentant de se moquer d’habitudes culinaires si… particulières, il convient également d’admettre qu’il y a quelques choses pas mal, notamment la cérémonie du fika, un genre de tea time à la suédoise au cours duquel les autochtones se retrouvent pour papoter autour d’un café et d’un kannelbullar[4] aux alentours de 3-4h de l’après midi, en particulier le vendredi. Pour peu que l’on y mette le prix, il est également possible de manger de la bonne viande au restaurant, mais ça n’est tout de même pas le genre de choses à faire tous les jours (à moins d’être riche, certes).

Conclusion

Globalement, la bouffe en Suède, c’est pas la joie. À moins d’y mettre le prix, mais il faut pour cela être en mesure de le faire…


[1] Ne me demandez pas d’où vient cette expression, je ne m’en souviens pas moi-même…
[2] ICA (en) est une marque de moyenne distribution scandinave, que l’on peu comparer à Casino en France. Il y en a partout à Stockholm et dans ses environs — ailleurs aussi probablement, mais je n’y suis pas encore allé.
[3] Odin est le dieu principal du panthéon nordique. Seuls les guerriers morts au combat allaient au Valhala, un genre de paradis à la viking : tous les jours, tout le monde s’entre-tue (soit-disant pour s’entraîner pour la grande bataille apocalyptique du Ragnarok, mais surtout pour la déconne) puis ressuscite pour pouvoir se la coller joyeusement boire et manger au banquet qui les occupe toutes les nuits. Des gens qui ont su se rappeler que les plus grands plaisirs sont les plus simples : tuer des gens, bien manger et se bourrer la gueule entre camarades.
Ahem.
[4] Un genre de pâtisserie contenant de fortes quantité de cannelle (d’où le nom). Tellement courant et tellement blindé de cannelle que les pâtisseries peuvent se repérer à l’odeur ici…

22 réflexions au sujet de « La gastronomie suédoise »

  1. Tu es mauvais voila tout…
    Pour les escalopes de poulet par exemple: Moi qui vais faire mes courses chez Willys Hemma réputé pour être cher (genre monoprix du coin) j’en ai eu pour 48SEK pour mes deux escalopes! Je pense prochainement aller au Lidl ou ce sera certainement encore moins cher.

    Pour le reste je suis assez d’accord et je pense compléter et nuancer ton article très prochainement sur mon propre blog. En effet la réalité n’est pas aussi sombre qu’il n’y parait.

    Je tiens par ailleurs à préciser que les Kannelbullar (la prononciation est à elle seule une aventure) peuvent être trouvé sous le nom de « cinamon roll » dans les Starbucks coffee en France, bande de petits veinards.

  2. Bon, depuis l’temps, je me devais d’intervenir :
    La nourriture en suède n’est pas si terrible, y’a des trucs cools.
    Bon déja pour le prix c’est forcément plus cher qu’en France, mais c’est pareil pour tout le reste. C’la dit il y a moyen de se démerder mieux en achetant de plus grosses quantités. Moi j’allais dans un supermarché géant (Maxxi je crois ?) ou j’achetais des escalope de poulet par 6 ou 12, congelées. Pour la viande j’prenais des packs géants de viande hachée, que j’congelais en petits cubes ; puis j’les décongelais et reformais des steacks (tu peux mélanger à d’autres trucs en même temps, s’trou cool).

    D’ailleurs en parlant de viande mélangée à d’autres trucs, voilà un truc bon en Suède : les Sma Kötbullar (meat balls, ne pas confondre avec les chocolate salty balls de chef : http://www.youtube.com/watch?v=YNaEAiwlaLY)
    Y’a aussi des trucs aux noms étranges mais bon quand même, genre le Gravlax, ou encore le janson’s temptation.
    > http://ras-nesta.blogspot.com/2008/05/swedish-banquet.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

What is 8 + 9 ?
Please leave these two fields as-is:
IMPORTANT! To be able to proceed, you need to solve the following simple math (so we know that you are a human) :-)